Flames, Stuxnet et deux satellites militaires américains piratés : la Cyber-Guerre est déclarée

L’humanité a connu les guerres Chimiques, Froides, Technologiques, Bactériologiques, autant de titres évocateurs sur leur principe qui laissent place maintenant, en ce 21ème siècle, à la Cyber-Guerre et également à de nouvelles formes d’espionnages: le Cyber-Espionnage.
Désolé mesdemoiselles, désolé mesdames mais le James Bond du futur ne ressemblera peut être pas à Pierce Brosman ou à Daniel Craig mais plutôt à un geek maigrichon à lunette boutonneux et le tout armé d’un vieux slip !

Les grandes puissances intègrent désormais dans leur rang des armées de hackers recherchant sans cesse les failles et les limites informatiques des uns et des autres. Le but ultime étant de s’introduire aux cœurs des systèmes d’informations afin d’espionner son rival et de garder une main mise sur ses futurs plans. Être également en veille technologique permanente sur les défaillances et les faiblesses afin de pouvoir agir rapidement en cas de conflits. En bref, mieux s’introduire pour mieux détruire.

Et cette réflexion est aujourd’hui en plein cœur de l’actualité et il suffit de se pencher sur le dernier logiciel « militaire » espion intitulé « Flame ». Détecté par l’éditeur de logiciel Kaspersky Lab, il est aujourd’hui étiqueté comme le plus complexe et le plus puissant des logiciels malveillants découverts à ce jour.

Ce virus a tout d’abord, d’une manière classique, la capacité de collecter des informations présentes sur les ordinateurs mais il a également la capacité de les supprimer.
Mais le virus peut aussi allumer le micro d’un PC afin d’enregistrer les conversations alentours. Plus fort, lorsqu’une connexion Bluetooth est établie, Flame peut alors détecter tous les téléphones portables à proximité afin de récupérer le contenu de leurs carnets d’adresses.
Le virus peut également prendre, toutes les minutes, des captures d’écran. Lorsque l’utilisateur ouvre sa messagerie ou qu’il communique à partir d’une messagerie instantanée, le virus prend alors des captures d’écran toutes les 15 secondes. Enfin, Flame peut enregistrer tous les mots de passe qui seront tapés sur l’ordinateur.

Ce virus de 20 Mo a surtout sévi en Iran, en Palestine, au Soudan et en Syrie. Kaspersky Lab estime que Flame pourrait être actif depuis 2007 et que son étrange ressemblance avec le virus Stuxnet semble supposer que ce nouveau virus a été conçu par les États-Unis et Israël.
En 2010, la société de sécurité informatique Biélorusse VirusBlokAda avait découvert Stuxnet qui était un ver informatique développé conjointement par la NSA et Israël pour s’attaquer à des systèmes iraniens. Sauf que, contrairement à Flame, celui-ci avait la capacité de se dupliquer et de se propager vers d’autres machines. Et c’est pour cette raison qu’il a été plus vulnérable à la détection et que Flame n’a donc pas hérité de cette aptitude.

Au delà des systèmes d’informations, la Cyber-Guerre semble se propager et s’attaquer à des appareils beaucoup plus ambitieux. Réalité, science fiction ou intox mais les satellites américains Landsat-7 et Terra AM-1 auraient été piratés en 2008 pendant une durée de douze minutes.
C’est le résultat d’un rapport du comité de sécurité américain qui prétend que ces opérations auraient été menées par la Chine. Les hackers chinois auraient réussi à prendre le contrôle total des 2 satellites sans en bouger leur position par peur d’être repéré.

Cependant de nombreux experts remettent en cause cette information et notamment par le système de sécurité complexe et hyper sophistiqué qui est en place autour de ces satellites mais également par l’énergie nécessaire pour une telle opération. Pour faire une illustration simple quelque peu caricaturée, autant dire que cela équivaut à marcher sur des œufs dans le premier cas et à rater un éléphant dans un couloir pour le second. Mais lorsque l’on voit la puissance d’un logiciel tel que Flame, qui a déjà 5 ans, et la vitesse à laquelle se développe les nouvelles technologies, on ne peut écarter qu’une telle hypothèse puisse se réaliser.

La Cyber-Guerre est donc officiellement bien déclarée, et depuis longtemps. Elle devient une course stratégique, essentielle voir frénétique pour les grandes puissances afin de prendre l’ascendant sur ses rivaux. Mais quelque part, cela laisse à penser que cela en devient également un de leur point faible et qu’une introduction malveillante et cruciale pourrait mettre un pays dans le chaos le plus total.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>