Test Diablo 3

Cela fait maintenant plusieurs mois que Diablo 3 est sortie suscitant toujours autant d’intérêt auprès des médias que ce soit en bon ou en mauvais. Diablo III a su se faire attendre, une attente quasi interminable pour tous les fans de la série et encore maniée par Blizzard dans un style qui leur est propre, à savoir cultiver la frustration (voir l’agacement) de millions de joueurs sur la « sainte » date de sortie. Donc aujourd’hui est l’heure du bilan, et de savoir si Dialblo 3 a répondu à toutes les attentes et qu’il suivra le sort des ses prédécesseurs en devenant un jeu légendaire et indispensable qui marquera à jamais le monde des gamers.

La force de Diablo 3, c’est avant tout la mise à disposition de ses 5 personnages et le panel plutôt impressionnant des nombreux niveaux et pouvoirs à acquérir. Mais c’est aussi la première faiblesse du jeu car tous les personnages n’ont pas le même centre d’intérêt selon les affinités que l’on développe avec les différents gameplays et en conséquence, les différentes quêtes pourront se rendre répétitives et ennuyeuses sur certains niveaux voir même sur un acte tout entier lorsque l’on a pas fait le bon choix. Il est également difficile de se faire une véritable idée des personnages en quelques minutes et il faudra souvent jouer plusieurs heures avant de savoir si l’on souhaite continuer ou non avec ce personnage. Dès le début, on est donc en quelque sorte confronté à faire un choix crucial sous peine de se gâcher légèrement l’aventure et de se poser sans cesse la même question « Ais-je bien pris le bon personnage ? »

Gameplay :

Le genre Hack and Slash repose surtout sur du mitraillage de clics souris mais là où Diablo 3 est intéressant, c’est qu’en plus des 2 principaux pouvoirs disponibles à partir de la souris, 4 autres viennent s’ajouter en fonction du niveau de votre personnage, de vos choix et ils sont directement activables à partir des raccourcis claviers.  Encore une fois, notre esprit critique nous fera dire qu’il aurait été souhaitable, devant le grand nombre de pouvoirs, d’en avoir d’avantage à disposition.

La prise en main de Diablo 3 reste cependant très simple et très accessible, même pour des personnes jouant très peu ou peu familiarisé avec le style ou encore même pour des vieux gamers un peu rouillé.

Les 5 personnages peuvent être déclinés en 2 styles de combattant : les combattants au corps à corps : Barbare et Moine, et les combattants à distance : Chasseur de Démons, Sorcier et Féticheur. Autant dire tout de suite que nos préférences se sont portés vers le Barbare, le Moine et le Féticheur proposant d’avantage de stratégie dans l’engagement des combats contrairement au Chasseur de Démons et au Sorcier nous obligeant majoritairement à tenir les ennemis à distance. Mais sur ce point, comme on le disait précédemment, les « goûts et les couleurs » seront aiguillés en fonction des préférences de gameplay des joueurs. Mais cela étant dit, on sera tout de même curieux de faire évoluer tous les personnages afin de découvrir et d’essayer tous les nouveaux pouvoirs.

Scénario :

Le scénario de Diablo III est très linéaire, sans réelle surprise et ne nous a pas vraiment convaincu. Les personnages manquent d’être approfondis avec cette sensation de manquer de présence, ils sont au centre de l’aventure sans l’être vraiment les rendant peu charismatiques et peu mémorables. Idem pour les BOSS, on ne sent pas investi ni impressionné par leur stature et manquent cruellement d’être mis en avant.

Durant l’aventure, il est également possible d’être associé à un compagnon : Templier, Brigand ou Enchanteresse. On fera court sur leur valeur ajoutée car il n’apporte strictement rien si ce n’est un peu de distraction à les habiller ou à les faire évoluer car là où vraiment ça pêche et à la limite de l’énervement, c’est qu’ils sont tout bonnement dirigés par l’ordinateur et que nous n’avons aucun contrôle sur eux si ce n’est de les renvoyer au QG.

Réalisation :

La réalisation du jeu, c’est ce qui fait la grande force de Diablo 3. Les 4 actes révèlent des niveaux dont les graphismes sont de hautes qualités. Les couleurs, les ombrages, les effets spéciaux, les ambiances sont très bien réalisés. C’est très agréable pour les yeux et on s’arrêtera même quelques fois en chemin pour profiter du paysage. Cependant, on aurait souhaité par moment un peu plus de variétés car certains niveaux se succèdent et se ressemblent laissant encore une fois planer une envie de vite vouloir passer au niveau suivant.Comme à son habitude, Blizzard a également réalisé des cinématiques de toute beauté dont ils ont seul le secret et proposant un réalisme bluffant et un imaginaire hors paire. On sera cependant déçu par leur durée très courte et par la dernière cinématique rejoignant un peu ce que l’on disait sur le scénario où un semblant manque de créativité et d’inspiration se fait sentir. Il est également dommage de ne pas du tout voir apparaitre le héros avec lequel nous réalisons la quête.

Durée de vie :

C’est également un des points forts du jeu mais qui présente aussi quelques ratés ou mauvais choix. La campagne solo vous tiendra en moyenne pendant plus de 20 heures devant votre écran en prenant le temps de fouiller chaque recoin et de réaliser quelques quêtes secondaires. La possibilité de re-jouer avec une autre classe de personnage ou de jouer en cop sur Internet sont aussi des options offrant à Diablo 3 une durée de vie assez exceptionnel. Cependant, le gros point noir, c’est qu’un seul niveau de difficulté est proposé lorsque l’on démarre le jeu. Le niveau supérieur se débloque en terminant une première fois le jeu sauf que, le nouveau niveau de difficulté n’est jouable qu’avec le personnage avec lequel vous venez de terminer le jeu. Pour chaque nouvelle classe avec laquelle vous engagez une nouvelle quête, vous devez donc recommencer dans la difficulté par défaut. Il est donc très frustrant et ennuyeux de devoir recommencer dans une difficulté que vous avez déjà survolé.

Bande son :

Juste ce qu’il faut et là où il le faut. A l’image de ses cinématiques, Blizzard excelle dans la recherche musicale et dans l’ajustement des bruitages mettant un point d’honneur à l’ambiance instaurée dans ce 3ème volet de Diablo. Les doublages ont aussi été soignés et sont plutôt réussis dans leur version française.

Conclusion :

Ce qui fait défaut à Diablo 3, c’est peut être toute cette attente, toutes les rumeurs, tout le buzz réalisé autour lié à la lourde succession de Diablo 2. Le talent reconnu de Blizzard et la qualité des jeux qu’ils ont su créer jusqu’à aujourd’hui nous ont rendu très exigent et pointilleux sur les moindres détails. En prenant donc un peu de recul sur ces différents points, Diablo III s’impose tout de même comme un très bon jeu dans le genre Hack and Slash voir même comme le meilleur du genre actuellement. Il réussit à nous rendre addict et à nous faire recommencer la campagne avec une nouvelle classe ou à continuer dans un niveau de difficulté plus élevé. On restera cependant agripper à nos remarques sur le fait que Diablo 3 souffre parfois d’un manque d’inspiration, de véritable innovation, de prises de risque et offre un gameplay se voulant assez répétitif, le tout croisé avec un scénario manquant de panache et de surprise.

Catégorie : Hack and Slash
Editeur : Blizzard
Développeur : Blizzard
Dates de sortie : 15/05/2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>